• Autour de la grâce de son corps

    Autour de la grâce de son corps

    Je noue mes phantasmes et mes désirs,

    Lierres meurtris par le froid des oublis

    Des tendresses éclatées par les usures

    Des intempéries de la vie,

    Des tempêtes aux violences

    D’un goût de sang de crime,

    Eclatant sur le temps d’amour

    Toujours dans les soubresauts des limites de l’enfer

    Aux tourments de cœurs arrachés

    Détruits, à la mémoire effacée,

    Sans annale, sans témoignage,

    Une nouvelle naissance, humide de ses eaux

    Flotte un nénuphar malhabile

    Dans l’incertitude des oublis du passé

    S’échapperont les éphémères























  • Commentaires

    1
    genet christiane
    Lundi 8 Février 2016 à 09:46
    Oui à cette émotion bien rendue
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :