• Cri tendresse



    Le cri de tendresse emportée par la tigresse des dunes archaïques
    Au ressac de la gorge serrée sur la connaissance
    Pourfend les amarres du parfum d'Antioche

    O arme les fleurs du soleil
    Descente de lit endormie sous les pieds câlins
    Ceux du matin
    Hésitants dans le jour avenir
    Sans pitié pour les hésitations qui font frémir

    Chaque regard observé, lance d'entente
    Frémie en digne soupirs rouges

    Oser les yeux bleus à la porte du tram
    S'enfoncer dans son indicible d'homme
    Ne rien trouver d'autres que la transparence
    L'appel de la chair, celle de la main qui furète
    Que je repousse tant son incompétence est certaine

    Cri de mon cœur
    Adieu bel homme
    Aux yeux bleus de porcelaine.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :