• Décor sans visage

     

     

    Il faudra me croiser en ce décor sans visage,
    Des tables vides brodent l’été
    Les grappins du soleil desquament les jambes nues
    Gonflent les lèvres des amants
    De lourds fruits cancéreux.
    Seul un rire d’enfant
    Teinte de bleu le ciel
    Et puis la voiture s’éloigne
    On dirait une éclipse, un ciel soudain noir,
    Doigt Soutine, jalon des départs,
    Attaché au caillebotis, le chien,
    Les vagues avec leur bruit, ce vent
    Passionné d’arbres mugissants,
    Un moi sans visage arpente ce décor figé
    Et puis, lorsque se tait le vent,
    Laisser l’inutile détecteur de rêves
    Sur le sable...

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :