• Édito 2016

    Aux temps lointains où mon écriture me portait vers la science fiction, j 'aimais rêver d'une planète ou d'une terre embrasée par deux soleils.
    Pourquoi, alors que 2016 n'en est qu'à son aurore, espérer la gouvernance d'un
    Autre soleil ? Auquel vous tous, amis poètes donnerez le nom de cœur?
    Nous devons en ce nouvel âge apaiser le souvenir de sombres crépuscules,
    Professer qu'aucun soleil ne brille dans les yeux du meurtre. Il est de notre devoir de chanter encore contre l'oubli , la douleur de chairs et d'espoirs assassinés, de dire plus haut encore cette chair cette fois en amour, en extase, se laissant aller aux promesses d'un vent ramenant des parfums de garrigue, au souffle émanant de lèvres gonflées de désir. Faire un pari, miser sur la naissance qu'elle soit celle des mots ou celle d'une vie,contre l'obscurantisme et la mort. Je voudrais, même si les temps semblent peu s'y prêter, vous souhaiter pour 2016, un peu de rêve, beaucoup de rires.
    Le poète a la chance de pouvoir arborer l'armure de lumière que façonnent ses mots, de se dresser contre ceux qui prônent les couvre feux de toutes sortes.
    Que vous soyez, en 2016 ces guerriers lumineux et qu'en ouvrant vos cœurs vous voyiez deux soleils.

                 Jacques  Ducret pour Création et Poésie

     

     


  • Commentaires

    1
    Helena. Harmand
    Jeudi 17 Mars 2016 à 19:25
    À vrai dire, la plupart des gens prennent la vie pour une conssomation. Ils ne savourent aucun instant, aucun frisson que le mystère nous offre.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :