• L’étreinte

       

                           une main

                           dévêtue

                           croque

     

    un peu

    de feuille

    nue                                            là

    arpente           la lumière           mon pas

    l’orée                                         sonde

                                                      l’étreinte

                                                      au ventre

     

    un doigt

    embué            défroissé                                 par l’oiseau

    estompe         mon regard         une paume

    la futaie          respire      affamée

                           la sève                tisse            sur ma peau   un pouls 

                                   résurgence          la houle       se tatoue        bourdon

                                                                          un souffle

                                                                          faisceau          irriguant

                                                                                                 un continent


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :