• Le vieil homme


    Ce matin j'ai rencontre la solitude,
    C'était un matin ordinaire, un peu gris
    Comme un sourire qu'on éteint
    Lorsque l'âge a soufflé les flammes au fond des yeux,
    Que la danse a cessé, que l'on dit on est vieux,
    Que l'ultime sourire parle timidement
    De l'épouse en allée,
    Partie vers un pays qu'on ne veut pas connaitre,
    Or triste d'un automne à jamais disparu
    La chambre est vide et froide
    L'appartement trop grand,
    Des coussins dont on n'ose enlever la poussière
    De peur de disperser ce qui reste d'odeur
    Et les lèvres blanchies on murmure son nom,
    Trop longtemps, trop souvent, jusqu'à ce qu'il s'efface,
    Que l'on oublie enfin la couleur de ces yeux
    Qu'on fermait de baisers pour ne pas s'y noyer..
    Aux pieds des vieux chaussons mordillés par le chien,
    Lui aussi est parti par les routes d'hiver
    On l'a longtemps cherché de mains qui balbutient
    De doigts qui cherchent encore quelqu'un qu ils puissent aimer,
    Et la télévision reste la seule compagne
    Quand sont morts les amis, au bistrot de la gare,
    Un snack a remplacé la table aux joueurs de cartes.
    Ce matin j'ai rencontré la solitude,
    On en parlera pas dans les journaux du soir,
    Combien sont-ils déjà qu'on a cessé de voir
    Dont les tains des miroirs ne gardent plus les traces,
    Vies de vieux qui s'en vont tout bas,
    Sans un espoir.


  • Commentaires

    1
    beltrano
    Mercredi 3 Septembre 2014 à 17:01

    très émouvant et poétique à la fois

    2
    Jeudi 10 Septembre 2015 à 22:13

    j'allais  faire un commentaire semblable  à celui de beltrano ...beurk

     

     

    3
    claudine ducret
    Samedi 11 Février 2017 à 10:40

    très beau et émouvant

    4
    claudine ducret
    Samedi 11 Février 2017 à 10:40

    beau sensible émouvant humain

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :