• L'écrivain haïtien Dierf Dumène a publié sur son site des extraits du recueil de Margueritte C. Vous pouvez les lire en vous rendant à l'adresse suivante :

    https://magiepoetique.blogspot.fr/


    votre commentaire
  • Vous avez manifesté et manifestez encore une insensibilité à la poésie à n'importe quel moment du jour et de la nuit. Vous êtes condamné-e-s à l’amende suivante : lire les poèmes ci-dessous et les diffuser autour de vous :

     

     

    Agent poète Michel Angel (double peine)

     

     

    Dans la tempête

    Et dans le vent

    L’oiseau perdu

    Cherche sa route,

    Sous le nuage

    L’averse égoutte,

    Je pense à son nid

    Caché sous la voûte.

    Dans la tempête

    Et dans le vent

    L’oiseau cherche

    Sa voie.

     

     

     

    JOUR DE MARCHÉ

     

     

    Sous un parasol jaune

    Le camelot fait sa postiche.

    Les badauds font cercle

    Autour de son ban.

     

    Éberlués par sa jactance

    De ce truculent griot

    Les passants placotent.

     

    Ohé ! braves gens,

    Venez découvrir

    Mon hachoir.

     

    Son bagou est immense,

    Il est très volubile

    Avec son accent de Provence.

     

    Des voix admiratives s’élèvent.

    Des estivants dubitatifs

    Susurrent leurs doutes.

     

     

     

    Agent poète Brigitte Briatte

     

     

    ! FANTAISIES !

     

    Je mets deux l à « abeille, coccinelle, hirondelle » ;

    sinon elles ne pourraient pas voler sans leurs deux ailes.

     

    Avec « huluberlu »

    quand l’un hulule

    « holala » à mes lolos,

    embrouillamini ! et cela donne « huberlulu » !

    Puis j’imagine Hubert

    qui a la berlue.

    Alors là, rien ne va plus.

     

    Pour ne pas oublier deux f à « souffrir,

    je pense à « baffe » ou à « soufflet ».

    Breff, à ce qui me tape sur les nerffs.

     

     

     

    Agent poète J.J. Mazet dit MADIA (double peine)

     

     

    La ville a tout organisé

    On dort les uns sur les autres

    On mange les uns sur les autres,

    On fait l’amour les uns sur les autres

    On se lave les uns sur les autres

    Les voitures circulent les unes derrière les autres

    Les piétons les uns derrière les autres

    Au restaurant on mange les uns à coté des autres

    Au cinéma on attend les uns derrière les autres

    On regarde le film les uns derrière les autres

    Aux mots croisés on croise verticale horizontale

    Au jeu de dame c’est devant, de coté, en biais

    Voila de quoi égayer un ami anarchiste très urbain

    Qui adore le désordre

    Y compris à l’apéritif, au bistrot, où il descend, les uns derrière

    les autres, des rhums « Che Guevara».

     

     

     

    Crève

     

    Au pied des HLM

    S’affale la pauvreté

    Éclosent les trafics de rêve

    Se cultive l'ennui

    D’une Jeunesse mitée

    Aux rêves en désespoirs,

    Où la violence est perspective

    D’une mort rédemptrice

    Dans un rôle de héros

    Dans le plus petit des mondes

    Violés par les intérêts

    De l'ambition totalitaire

    Au pied des HLM

    Tu es « mort »

    Tué par l’indifférence

    Des regards détournés,

    Ta vie s'écoule

    Hémorragie hémophile

    Dans la négligence de tous,

    Où l'ignorance est solution

    Meure cette jeunesse

     

    Est-ce l’épilogue …!?

     

     

     

    Agent poète Margueritte C. 

     

     

    Quand des ailes déposent 

    sur tes épaules

    le balbutiement de mes espoirs

    le rêve d'un amour me hante 

     

    me reviennent les sous-bois

    de son désir planté dans 

    ma chair comme

    l'arbre sur la roche escarpée 

    les feuilles d'un chêne grimaçaient la chanson de

    la fontaine et mon 

    amour flétri pleurait

    la romance dévoyée 

     

    quand tes ailes déposent 

    sur mes épaules la douceur

    de ton ardeur

    me revient le langage

    de nos premiers aveux

     

    aime-moi

    encore

     

     

    Agent poète Marie-Odile Néau

     

     

     

    Lorsqu’on est un nomade immobile

     

    Qu’on se gare en épis ou en file

     

    En dépit du bon sens faut qu’ça file

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • On vous a diagnostiqué une asthénie poétique chronique ? Pour la faire disparaître suivez la prescription de nos médecins poètes :

     

    Prescription : pincée de poésie matin, midi et soir

    (sans modération)

     

    Dr Brigitte Briatte (une prescription)

     

    Poème du réveil :

    le Gris balafre le Noir

              le Blanc écartèle le Gris

                  le Rose inonde le Blanc

    le Bleu irradie le Rose

                                                                le Rose est fichu

                                                         perdu         déchu

                                                         le Rose    est                       fichu foutu !

                                                                        le Bleu nous sourit

     

    Poème du midi :

    je touche l'ombre d'un coquelicot

    je vois les graines qui butinent

    je sens les chemins qui furètent

    j'entends le bourgeon qui se fend

    je goûte les promesses de l'azur

                        joie !

     

    Poème entre amies-is :

                         LA FÊTE

     

    On danse avec le vide, on le tape du pied.

    Rires dopés au tempo.

    Des notes propulsent mille fluides.

    Les yeux du désir constellent les corps.

    Enflammons-nous à l'étincelle !

     

     

    Dr Sandrine Davin (double prescription)

     

    Poème du réveil :

    au loin là-bas

    les ombres dessinent un ailleurs

    abandonné

    où les heures somnolent

    dans le ronflement du ciel

     

    Poème du midi :

    dans le hurlement

    silencieux du néant

    les racines grognent

    aux vibrations de la terre

    qui crayonnent nos lèvres

     

    Poème entre amies-is :

    la terre moite

    épluche les silences

    moisis de noir

    où les secondes bruissent

    aux oreilles alourdies

     

    Poème du réveil :

     herbes égarées

    sous les pulsations de la terre

    où résonnent

    les fantômes de silence

    étourdis de solitude

     

    Poème du midi :

    coque de rouille

    à la peinture écaillée

    et au milieu

    quelques boutons de fleurs

    séchées par le temps maudit

     

    Poème entre amies-is :

    écorce terrestre

    fissurée par les airs

    où le souffle

    enracine les arbres

    à la fenêtre étoilée

     

     

     Dr Christiane Genet (Une prescription)


    Poème du réveil :

    Vérifier l'intégralité de votre corps

    Deux verres d'eau

    Un assouplissement du dos en douceur

     

    Poème du Midi

    Repos méritant canapé

    Une quiche lorraine à pas lent

    Des gnocchis au gruyère souple

    Salade caressante

     

    Poème entre amis - ies

    Partage bleuté

    Autour d'une théière

    Un liquide vert

    Simple

    Moment de béatitude entre nos paumes

     

     

    Dr J.J. Mazet dit MADIA (double prescription)

     

    Poème du réveil :

    Sur ton corps,

    Ce corps qui flotte dans l'épaisseur de l'air

    Dans l'abandon d'un sommeil souriant

    Sans révéler le qui, le quoi, l'agite

    Je suis dans l'espoir

    D’être dans ce voyage de ton imaginaire

     

     

     

    Poème du midi :

    Le marin, à l'escale,

    Tangue sur le quai

    Va vers son nouveau port

    Le bistrot de ses habitudes

    Vers de nouveaux compagnons

    Au tarif de l'alcool,

    L’estaminet accueille ce chevalier du voyage

    Où chaque marin est là

    À la recherche d'un horizon qui tangue

     

     

     

    Poème entre amies-is :

     

    Brouillard des convergences de discussions tant de fois répétées sur le petit territoire de cette société d’amis rassemblés autour d’eux même pour fêter ça. On se redira ce qui ce fut déjà dit, depuis les dernières. On se rassurera de cette soirée si réussie sous la promesse de se revoir bientôt chez l’un ou l’autre. On se téléphone … !

     

    Poème du réveil :

    L’heure du lever s’étire

    Le canon du réveil ordonne cette ruine du sommeil

    Qui bouscule des rêves effilochés

    Par ce commandement

    Puis cette plongée dans les tensions

    De l’injonction du « gagner sa vie ».

     

    Poème du midi :

    Le moment des délices de cantine approche

    12h15

    Être dans la file d’attente, bruits de plateaux

    Et dure incertitude des choix

    Mais des frites

    Le dessert est servi avec les discours acrimonieux qui

    ronronnent à toutes les tables. Bof et encore demain ...

     

     

    Poème entre amies-is :

    Défalqué à ses heures à la maison, ce petit instant avec des amis à l’heure de l’apéritif, une pépite entre travail et contrainte familiale. Une sacro-sainte habitude des amis dans un entre-deux dans la vie quotidienne. On se connait un peu, mais on discute d’autres choses, futiles, mais qui ne posent pas de problème. On est cool…

     

    Dr Margueritte C. (double prescription)

     

    Poème du réveil :

    au jardin le chant

    des oiseaux sur la glycine

    invoquent le printemps

    la neige de l'aurore cache

    leurs prières

     

    Poème du midi :

    que de soleil 

    sur les plumes de la pie

     

    elle tourne vire volte 

    brindilles dans son bec

    elle emporte avec elle l'ardeur 

    de son avenir

     

    que de soleil

    sur les plumes de la pie

    qui  chasse ma mélancolie

     

    Poème entre amies-is :

    un soleil

    une couleur

    nos regards à l'horizon déclinant 

    le temple des souvenirs s’entrouvre

    la nuit approche les chandelles

    un stylo surgit dans nos mains 

    nous décryptons sur notre parchemin

    le rébus de nos sentiments

     

    Poème du réveil :

    sur le croissant de ton désir

    j''ai déposé mes lèvres

    ai réchauffé mes doigts au thé de l'amour 

    bu le miel de nos confidences

     

    Poème du midi :

    tu as pimenté nos regards

    assoiffé l'écorce de nos désirs

    enserré mes pommes d'amour

    aime-moi

    dans l'ardeur de midi

     

    Poème entre amies-is :

    tu as brûlé l'incandescence

    des chardons du tourment

    les cendres apaisées

    dessinent

    dans notre salon

    la langue de l'amitié

     

    Le Dr Marie-Odile Néau

    vous propose à l'issue de ce traitement de vous transformer en docteur poète.

    Elle vous indique un premier vers à compléter à votre guise

     

    Poème du réveil :

    Réveil en fanfare

     

     

    Poème du midi :

     Une cloche sonne, sonne

     

    Poème entre amies-is :

    Confessions intimes

     

     

    Si vous souhaitez que votre poème soit publié, adressez-le nous à :

     

    creationpoesie@gmail.com

     

     

    Merci à  Jean Bojko pour ses cabinets de poésie

     

     


    votre commentaire
  •    

                           une main

                           dévêtue

                           croque

     

    un peu

    de feuille

    nue                                            là

    arpente           la lumière           mon pas

    l’orée                                         sonde

                                                      l’étreinte

                                                      au ventre

     

    un doigt

    embué            défroissé                                 par l’oiseau

    estompe         mon regard         une paume

    la futaie          respire      affamée

                           la sève                tisse            sur ma peau   un pouls 

                                   résurgence          la houle       se tatoue        bourdon

                                                                          un souffle

                                                                          faisceau          irriguant

                                                                                                 un continent


    votre commentaire
  •  

    Sous le saule,

    à l'ombre ajourée

    l'air ralentit le cœur.

    Les ailes des anges

    drapent 

    la lune bleue.

     

    L'obscurité change le décor.

     

    Vertige ...

     

    Les rêves endorment

    le va-et-vient 

    du fil de l'eau,

    baiser de jouvence.

     

    Trouble le sommeil ...

     

    L'esprit chahute le corps,

    sursauts de l'être.

    L'écume de la fatigue

    étouffe 

    le cri des baleines.

     

    Voici l'heure où le ciel

    vole 

    l'or des tournesols.

    La nuit éteint la lumière.

     

    Vertige ...

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires