•  

     

    devant une pizza
    dit de souffrance
    dit d'amour
    nous avons remonté le temps
    regardé l'avenir
    le présent
    intense
    nous obsède
    les sourires pour avancer
    les promesses à savourer
    intense
    le temps qui s'échappe
    les mots bienheureux
    les mots vénérables   

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    entre calligraphie

                                        le noir                                                        le blanc

                                 

                     l'espace du silence

                                                                         est

                                                                                                                         l'espace du poète

     

                                                                                    qui se joue de

                                                                                    la page

     

                                                                           et

     

                                     comble la              

                                     blancheur de

     

                            sa

                                                                                           e

                                                                                m

                                                                         u

                                                                   l

                                                         p

     

     

    enrobée de la solitude des eaux


    1 commentaire
  •  

    à l'innocence de l'arbre

    j'ai accroché le clone

    de ton amour

     

    perdu parmi les cendres

    d'automne

     

    les bourgeons des souvenirs

    marquant le temps

    de

    leur empreinte

    s'incrustent dans ma paume

     

    quelque part

    se décrypte le parchemin

     

     


    1 commentaire
  •  

    votre main ne pêchera 
    plus
    les effluves marins

    la muraille a étendu sa solitude aux confins de mon corps

    les vaisseaux 
    éventreurs de lumière
    humaine

    abolissant les désirs 

    votre main s'évanouit de 
    mon paysage


    la langue qui m'a créée 
    n'incisera
    plus le parchemin de vos images

    ma paume se figera dans le bleu de mes paupières

     


    votre commentaire
  • les livres les objets 
    les pulls les souliers
    les disques les papiers
    le néant par nos mains projeté
    les murs vides
    les armoires esseulées
    leur vie par nos mains dissoute

    dans le cœur de nos cœurs
    un souffle
    dans le regard de nos yeux
    un silence
    ténu
    ténu
    le fil s’étirant vers l’infinie transparence
    rompu
    nos yeux sans retour
    nos cœurs à l’aventure
    le passé leur appartient

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique