• un pan de ma vie

    a sombré

    dans le froid

    m'amplifiant de sa solitude

     

    cristaux

    perlant de bleu

    mes racines

    étoffées de l'aspérité

    du silence

     

    le tronc que la pluie

    courbe

    appelle la morte saison

     

    *

     

    sommeil apaisé

    court

    le souffle

    sur mon visage

    moi

    transpercée

    de son silence

     

    sommeil apaisé

    ma main sur son bras

    caresse inversée

     

    *

     

    j'étais bourgeon

    j'étais rameau

    j'étais branche

    j'étais tronc

    je suis arbre

    qui s'enracine

     

    *

     

    du souffle au silence

    geste brisé

    naissent les embruns

     

    vos deux mots

    abolis

    déchirent ma voix

    remplie

    d'absence

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    un matin sans soleil

    à deux

     

    le café

     

    nos courbes

    nous désorientés

    nord sans recours

    vertige du brasier

     

    vortex endormi

     

     

    café polaire

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    des pétales  l'étouffaient
    trop seule
    trop vide
    trop

    une fenêtre à sa rencontre
    rêves de sable
    bleu du désert
    oasis

    voyage
    vers les neiges
    solitude
    cloître de livres

    silence à deux
    silence d'amour

    les volets du passé
    deviennent esquisse


    faux mariage de la neige et du sable
    métamorphoses des pétales de fatigue
    pétales de souffrance
    la mort en horizon
    l'amour en désertion


    départ
    d'autres rêves
    d'autres voix

    sur le parchemin
    la plume
    renaît

     


    votre commentaire
  •  

     

     

    au sommet

    une croix

    un grondement se prolonge

     

     

    silence

    poussière de nuages

     

     

    l'ocre de la roche

    nue

    le gris de la forêt

    dévastée

     

     

     

    gris de lave torrentielle

    arbres chavirés

    gris de la route

    danse large et lente des cailloux

     

     

     

    au ciel

    un regard

    une ogive

    ocre la pierre

    la sarrazine

    a reconquis sa demeure

     


    votre commentaire
  •  

    doigts du passé

    froissant la bure et le lin

    rêve de soie aux pierres

    si précieuses

     

    doigts de coton

    et de laine défunte

    exils aux voyages lointains

     

    doigts aux ceps archaïques

    mariage du noir et du blanc

    sous le chêne

     

    doigts de feuille

    troublés

    par la sève ancestrale

     

     

    vertige de la main sur mon cahier de nuit

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique