• Chercheur de mots chercheur d'or

    Le poète leste ses mots du poids de son désir, il arrive qu'il s'en déleste intrigué par ce qui lui ronge le cœur, sensation à la fois étrange et familière..
    Il se cherche, recherche l'autre en lui mû par la beauté du mal sans nom qu'il
    Devine incurable..
    Ses mots s'en vont jusqu'aux grèves où s'échoue la mémoire
    Transforment en douceur la douleur de sa nostalgie
    Le poète laisse à ses mots le temps de naître comme les fleurs nourries aux soupirs du soleil et aux frissons du temps
    Ses mots voulus geysers de foudre pour éclairer les tunnels que creusent au bout des nuits ceux qui ne savent pas en être prisonniers
    Mots qui sont souvent asiles abris refuges..
    Pierres d'un temple du futur dédié au souvenir de l'Homme
    Mots écrits contre l'inutile et pour se savoir responsable pour une fois
    Des mots jusqu'à l'usure des plumes et des yeux
    Filtrés par la bâtée, pépites éclats fugaces
    D'essentiels oubliés..
                                                      J D


    votre commentaire
  • À l'occasion de la sortie de son 50ème numéro de Poésie Vivante, l'association Création Et Poésie vous propose une soirée conviviale :

    au Simply Délicious,
    10 Rue de Sault à Grenoble,
    le jeudi 7 juillet à partir de 19h00.

    Lancement de la revue n°50 Jeudi 7 juillet

    Vous pouvez amener des textes à lire pour cette occasion.

    La revue sera mise en vente à 10 euros au lieu de 15 pour ceux qui participeront à l'événement.

    Les boissons restent à la charge des invités.

     

     


    2 commentaires
  • Balade en poésie, le 25 mars 2016


    2 commentaires
  • Aux temps lointains où mon écriture me portait vers la science fiction, j 'aimais rêver d'une planète ou d'une terre embrasée par deux soleils.
    Pourquoi, alors que 2016 n'en est qu'à son aurore, espérer la gouvernance d'un
    Autre soleil ? Auquel vous tous, amis poètes donnerez le nom de cœur?
    Nous devons en ce nouvel âge apaiser le souvenir de sombres crépuscules,
    Professer qu'aucun soleil ne brille dans les yeux du meurtre. Il est de notre devoir de chanter encore contre l'oubli , la douleur de chairs et d'espoirs assassinés, de dire plus haut encore cette chair cette fois en amour, en extase, se laissant aller aux promesses d'un vent ramenant des parfums de garrigue, au souffle émanant de lèvres gonflées de désir. Faire un pari, miser sur la naissance qu'elle soit celle des mots ou celle d'une vie,contre l'obscurantisme et la mort. Je voudrais, même si les temps semblent peu s'y prêter, vous souhaiter pour 2016, un peu de rêve, beaucoup de rires.
    Le poète a la chance de pouvoir arborer l'armure de lumière que façonnent ses mots, de se dresser contre ceux qui prônent les couvre feux de toutes sortes.
    Que vous soyez, en 2016 ces guerriers lumineux et qu'en ouvrant vos cœurs vous voyiez deux soleils.

                 Jacques  Ducret pour Création et Poésie

     

     


    1 commentaire
  • Mais ce n'a rien été du tournage d'un film.
    Rien de ces mains livides appelant le hasard avec des dés pipés,
    Comme l'appelaient ceux qui voulaient, au loto, on ne sait jamais
    Combien de joueurs sont partis ?
    En ce vendredi 13 où Paris devint Guernica
    Jour terrible dont je souhaite qu'aucun Picasso ne vienne l'écrire ou le peindre
    Mais, comme sur le tableau du maître, ce noir et ce blanc de la nuit, quelques larmes épaisses, rouges et puis ces quelques mots dans les bouches d'aucuns : la terreur et la guerre...
    Mais aucun Picasso pour dire les bougies et les fleurs ni pour dire ces larmes d'un peuple capables d’éteindre les fleurs...
    Ne pas revenir sur la barbarie...
    Plus grave, à mes yeux, en dépit des hommages, l'anonymat des victimes.. penser aux mères ployées sur leur souffrance, aux histoires d'amours irrémédiablement brisées, peut-être les plus belles, à cette jeune fille, oui, musulmane, qui porte en son ventre l'enfant d'un disparu et qui, de son voile, ne parvient pas à tarir ses pleurs… combien de jeunes musulmans au Bataclan ? Ailleurs ?
    L'opinion a hâte de connaître les noms, le parcours des assassins, ne faudrait il pas qu'elle s'attache à connaître ceux des victimes ? Un peuple de poètes a levé une armée de flammes et de fleurs… la chape de l'anonymat ne doit pas recouvrir les tombes, la briser serait la vraie solidarité...


                                   Jacques Ducret Macé pour Création et Poésie


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique